Lectures

L'Ordre du jour
Eric Vuillard
Edition Actes Sud

"Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d'épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l'Assemblée ; mais bientôt, il n'y aura plus d'Assemblée, il n'y aura plus de président, et, dans quelques années, il n'y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants."

Remarque : Excellent livre, tant pour l'écriture, que sur le fond... Quand Hitler a été soutenu par les patrons et banquiers les plus puissants de l'Allemagne.... A méditer dans nos """"démocraties"""" actuelles.

Mai - Juin 1940
Défait française, victoire allemande, sous l'oeil des historiens étrangers.
Dirigé par Maurice Vaïsse
Aux Editions Autrement


La défaite a été maintes fois analysée, justifiée : mauvaise préparation de l'armée, stratégie purement défensive, réarmement insuffisant, état-major en retard d'une guerre, pacifisme débilitant, impact d'une "cinquième colonne", complot contre la République... Tout cela est vrai. Reste que la plupart des historiens ont tendance à analyser une suite d'événements à la lumière de leurs conséquences visibles. Dès lors, les histoires de la défaite n'ont-elles pas eu tendance à faire le procès de la France des années 1930 à partir du résultat de la confrontation franco-allemande ? L'avantage des historiens étrangers, invités ici, est de poser un regard distancié sur l'histoire française, renouvelant ainsi en partie l'étude de cette période, sur le plan de la stratégie et des opérations militaires comme sur celui de l'environnement de la défaite (rôle de l'Empire, sort des réfugiés, etc.). L'ambition du Centre d'études d'histoire de la Défense, en réunissant ces textes, est de porter à la connaissance du public français ces résultats de la recherche anglo-saxonne et allemande. Leurs conclusions surprendront plus d'un lecteur et mettront à mal bien des idées reçues...

Remarque : Une vision extérieure qui doit nous permettre de mieux intégrer cette défaite... le livre s'oppose à l'ébauche d'analyse que propose JC Milner dans "Considérations sur la France".
Cette analyse est salutaire.


Considérations sur la France
jean-Claude Milner

Pourquoi assistons-nous, impuissants, au délitement de notre démocratie ? Quels sont les liens qu’entretiennent les catholiques avec les droits de l’homme ? Pourquoi la défaite de 1940 est-elle à l’origine des crises que nous vivons aujourd’hui ? Jusqu’à quel point l’école reconduitelle les inégalités sociales ? C’est à ces questions et à bien d’autres, que Jean-Claude Milner a voulu répondre dans ce livre d’entretien.
Des origines de la séparation des pouvoirs telles que conceptualisées par Montesquieu, au rôle des notables et de la petite bourgeoisie intellectuelle dans le jeu politique, de la guerre d’Algérie aux raisons qui en font,
aujourd’hui encore, une ligne de fracture idéologique, du regroupement familial au port du voile dans l’espace public, sans oublier notre rapport ambivalent à l’État-Nation et à l’Europe…
C’est en revisitant les traces du passé, que Jean-Claude Milner éclaire le présent.
Après Relire la Révolution Jean-Claude Milner poursuit, avec cet échange vif mais nuancé, sa relecture de l’état de l’histoire de France.
Élève de l’École normale supérieure, Docteur d’État, habilité à diriger des recherches, linguiste et philosophe, Jean-Claude Milner est un des intellectuels majeurs de la gauche française. Son dernier livre, Relire la
Révolution, a paru en 2016.
Docteur en philosophie, Philippe Petit est journaliste, essayiste et ex-producteur sur France Culture. Il est l’auteur d’une trentaine de livres d’entretien et d’un essai remarqué sur Sartre, La cause de Sartre (2000)


Remarque : Un très grand plaisir en lisant ce livre. J'ai beaucoup aimé le passage sur la définition des grands corps de l'Etat, tout particulièrement du monde des professeurs.



Jean-Pierre Chevènement
Un défi de civilisation


Sidération. les attentats terroristes et le spectre de la guerre civile nous ont pris à l’improviste. Comme en 1870 et en 1940, la France se découvre un ennemi qu’elle n’avait pas vu venir et qu’elle peine d’ailleurs à définir.
D’abord comprendre : nommer les maux, mais avec de justes mots.
La gravité des attentats tient aux faiblesses qu’ils révèlent et que nos élites ont laissé se creuser au fil des ans.
Pour remonter aux causes, déplaçons notre regard du terrorisme djihadiste mondialisé vers une « globalisation » devenue folle. Cette globalisation a modifié la hiérarchie des puissances, créé les fractures sociales, géographiques, générationnelles, miné la démocratie, suscité frustrations et rejets, particulièrement dans le monde musulman. Elle a mis en crise le modèle républicain et périmé le projet européen initié par la France après 1945.
Le fond de l’affaire ne serait-il pas que nous ne savons plus aujourd’hui qui nous sommes ni ce que nous voulons faire ?
Face à une globalisation, mère d’un nouveau chaos mondial, la France a encore les moyens de faire face, en donnant vie, de concert avec l’Allemagne, au projet d’Europe européenne, de l’Atlantique à l’Oural, que le général de Gaulle avait conçu pour elle. Seul levier pour peser au xxie siècle entre les États-Unis et la Chine, et renouer avec l’universel en ouvrant au monde, y compris musulman, un horizon de progrès.
Dans les épreuves, des forces de résilience insoupçonnées sont en train de surgir, qui sont aussi des forces spirituelles : regain d’un patriotisme républicain, à la fois de principes et enraciné dans toute notre histoire, laïcité éclairée par la Raison, universalisme du réel.
Le bateau France a encore les moyens de se redresser. Jean-Pierre Chevènement dessine la carte d’une confiance retrouvée. Le bateau France n’a besoin que d’un cap : un projet politique qui soit aussi un projet de civilisation.

 
Remarque : Un livre tout juste passionant à lire et d'urgence !
Mémoires de guerre
Charles de Gaulle


Il est toujours utile de relire les grands auteurs politiques. Il n'est pas nécessaire d'être gaulliste. Mais en ces temps ou les usurpateurs règnent en maître au Palais de la République, il faut se ressourcer....
Sans commentaire ! L'un des grands classiques qu'il faut lire pour comprendre le monde contemporain...


Quatre vingt treize
Victor Hugo - 1874


Je conseille à tous mes élèves de lire ce livre à l'occasion de l'étude de la Révolution Française.
Si après cette lecture vous ne devenez pas plus tolérant, plus juste et donc plus républicain il vous faudra reprendre vos classiques...

« Moi, si je faisais l'histoire de la Révolution (et je la ferai), je dirais tous les crimes des révolutionnaires, seulement je dirais quels sont les vrais coupables, ce sont les crimes de la monarchie » - Note de Victor Hugo écrite en 1854


Sans commentaire ! L'un des grands classiques qu'il faut lire pour comprendre le monde contemporain...